Le Clafoutis

de Pétronille

11 septembre, 2008

Après la fin (du monde)

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 8:27

trounoir.jpgEn scientifique amateur et averti, Darwin suit depuis quelques mois d’un œil intéressé et frustré les expériences du CERN*, et particulièrement la mise en service du grand collisionneur de hadrons (ou LHC. Surtout ne demandez pas de quoi il s’agit, vous n’avez pas tout compris vous-même). Frustré, car malgré ses demandes incessantes et sa curiosité, sa béotienne de mère n’arrive pas à répondre correctement à ses questions, et les explications données dans les diverses publications sont un brin trop compliquées pour ses tout juste huit ans.

De retour de l’école, Darwin s’exaspère. Les journaux et les copains ne parlent que de la possibilité d’un trou noir créé par la mise en service du LHC, qui doit engloutir le monde mercredi 10 septembre, soit exactement le jour où il a invité des copains pour fêter son anniversaire.

C’est qu’en plus d’avoir un esprit rationnel, Darwin est un grand anxieux. Même si ce genre de théories ne parvient pas à ébranler sa foi dans la communauté scientifique « qui connaît mieux la science que les journalistes », il aimerait tout de même bien être rassuré. Mais n’en perd pas le nord pour autant, et explique avec flamme qu’il ne sert à rien de commencer ses devoirs à domicile trop vite, car si la fin du monde devait survenir, ce serait stupide d’avoir gâché les derniers jours avec des occupations aussi futiles que des fiches de français.

Très prosaïque, Monette suggère d’appeler le Cern pour leur demander de retarder de 24 heures la mise en marche de la machine, leur expliquant qu’il serait vraiment dommage de ne pas pouvoir fêter l’anniversaire de son frère avant la fin du monde.

Un matin, n’y tenant plus, Darwin empoigne le téléphone, appelle le Cern, et demande tout de go si un trou noir sera vraiment généré par le LCH et s’il va engloutir le monde. L’interlocuteur ayant un fort accent anglais, Darwin est persuadé d’avoir affaire à un des scientifiques de pointe (et vous vous gardez bien de le détromper). Lequel s’empresse de le rassurer. « Au revoir, et à jeudi » ajoute-t-il encore avec humour.

« J’en étais sûr ! » exulte le schtroumpf, qui repart donc à l’école fort des certitudes qui vont lui permettre de clouer le bec à certains copains de mauvais augure.

Ce mercredi soir, vous êtes toujours là. La fin du monde semble heureusement reportée à une date ultérieure. Chapitre suivant dans quelques semaines…

*centre européen pour la recherche nucléaire

4 réponses à “Après la fin (du monde)”

  1. Altaïr - Cécile dit :

    pfff même Dieu en parle aujourd’hui…

  2. Pélagie dit :

    Ben tu vois, en arrivant au parking ce matin, c’était vraiment le trou noir. J’ai même pas osé aller me poser au sous-sol, tant le noir était enveloppant ! J’ai pensé à Darwin avant de réaliser que c’était un vendredi après un férié et que du coup, même l’électricité faisait le pont !!!

  3. Maman au secours dit :

    Ah ah ah, j’adore le côté prosaïque de Monette qui propose de repousser d’un jour l’expérience pour que son frère fête son anniversaire! C’est le pragmatisme tout en tendresse des filles!

  4. daniel dit :

    il aura quoi apres la fin du monde.

Laisser un commentaire

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres