Le Clafoutis

de Pétronille

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

19 septembre, 2008

Souvenirs d’antan

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 12:21

capsurlapetiteenfance.jpgRéalité sociale et statistique actuelle, le vieillissement de la population ne passe pas toujours par les indicateurs que l’on croit. Aujourd’hui par exemple, Monette a invité une copine à déjeuner, avant de se lancer dans une séance de dessin.

« Oh regarde », s’exclame Monette au beau milieu d’une œuvre d’art impérissable, « c’est le stylo qu’on avait à l’école en maternelle ! »

Ravissement et regards embués des deux protagonistes qui contemplent longuement le stylo en question.

« Ca fait longtemps, hein » murmure Monette du ton ému de celle qui se reconnecte profondément à ses racines.

« Oui », soupire K. avec des trémolos dans la voix, « cela me rappelle toute mon enfance».

C’était la séquence nostalgie de deux vieilles de respectivement 5,5 et 6 ans.

11 septembre, 2008

Après la fin (du monde)

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 8:27

trounoir.jpgEn scientifique amateur et averti, Darwin suit depuis quelques mois d’un œil intéressé et frustré les expériences du CERN*, et particulièrement la mise en service du grand collisionneur de hadrons (ou LHC. Surtout ne demandez pas de quoi il s’agit, vous n’avez pas tout compris vous-même). Frustré, car malgré ses demandes incessantes et sa curiosité, sa béotienne de mère n’arrive pas à répondre correctement à ses questions, et les explications données dans les diverses publications sont un brin trop compliquées pour ses tout juste huit ans.

De retour de l’école, Darwin s’exaspère. Les journaux et les copains ne parlent que de la possibilité d’un trou noir créé par la mise en service du LHC, qui doit engloutir le monde mercredi 10 septembre, soit exactement le jour où il a invité des copains pour fêter son anniversaire.

C’est qu’en plus d’avoir un esprit rationnel, Darwin est un grand anxieux. Même si ce genre de théories ne parvient pas à ébranler sa foi dans la communauté scientifique « qui connaît mieux la science que les journalistes », il aimerait tout de même bien être rassuré. Mais n’en perd pas le nord pour autant, et explique avec flamme qu’il ne sert à rien de commencer ses devoirs à domicile trop vite, car si la fin du monde devait survenir, ce serait stupide d’avoir gâché les derniers jours avec des occupations aussi futiles que des fiches de français.

Très prosaïque, Monette suggère d’appeler le Cern pour leur demander de retarder de 24 heures la mise en marche de la machine, leur expliquant qu’il serait vraiment dommage de ne pas pouvoir fêter l’anniversaire de son frère avant la fin du monde.

Un matin, n’y tenant plus, Darwin empoigne le téléphone, appelle le Cern, et demande tout de go si un trou noir sera vraiment généré par le LCH et s’il va engloutir le monde. L’interlocuteur ayant un fort accent anglais, Darwin est persuadé d’avoir affaire à un des scientifiques de pointe (et vous vous gardez bien de le détromper). Lequel s’empresse de le rassurer. « Au revoir, et à jeudi » ajoute-t-il encore avec humour.

« J’en étais sûr ! » exulte le schtroumpf, qui repart donc à l’école fort des certitudes qui vont lui permettre de clouer le bec à certains copains de mauvais augure.

Ce mercredi soir, vous êtes toujours là. La fin du monde semble heureusement reportée à une date ultérieure. Chapitre suivant dans quelques semaines…

*centre européen pour la recherche nucléaire

7 septembre, 2008

Un si doux réveil

Classé dans : Tout et rien — Pétronille @ 12:48

grimace.jpgVous êtes tranquillement assoupie au volant de votre petite voiture, profitant de la longueur du feu rouge pour planifier vos prochaines vacances (vous savez, dans onze mois…). Docilement conditionnée par une lueur verte devant vous, vous démarrez doucement, lorsque soudain un coup violent est frappé contre la vitre, sur votre gauche. Vous sursautez en apercevant une tête hirsute, version masque de film d’horreur, gesticuler sur ce que vous devinez être un vélo. 

Vos neurones bousculés dans leur routine matinale analysent péniblement la situation et tentent de comprendre ce que veut le clown grimaçant. Voyons. Vous êtes dans la présélection de droite, celle pour aller tout droit, avec une rangée de deux-roues sur votre droite. Et à votre gauche, la présélection, c’est celle pour tourner à gauche (pas besoin d’avoir fait polytechnique hein, étant donné la taille des flèches peintes sur le sol). Jusque là, tout va bien. Vous avancez prudemment, avec quelques soubresauts involontaires dûs aux coups de pied dans l’arrière-train de votre voiture distribués par le vélocipède fou, ce qui lui permet au passage de couper élégamment la route au véhicule situé derrière vous, tout en abreuvant la populace d’injures accompagnées d’une gestuelle très explicite. 

Cela aurait pu – et dû – en rester là, mais il était écrit que vous auriez ce jour votre lot d’émotions fortes. Le fou du vélo a donc pédalé tout son saoûl pour vous suivre dans le parking de votre entreprise, situé non loin de là. Au moment où vous vous apprêtez à vous extirper de votre siège, le voilà qui vous claque la portière sur le bras et la jambe gauches, fort heureusement dotés d’une couche de graisse capable d’amortir les choc et de n’y laisser qu’un hématome, avant de bloquer la portière en vociférant de plus belle et en menaçant de vous frapper. Par chance la vitre était remontée ou vous auriez regretté d’avoir pris une douche avant de venir.

Vous évaluez vos chances de sortir du véhicule discrètement par la fenêtre – minces, contrairement à vous, et peu digne. Finalement, sous les invectives les plus originales, que la décence vous interdit de reproduire ici, et les menaces de violence répétées, vous parvenez calmement à forcer un passage (l’énergumène a vraisemblablement mal calculé la pression d’un poids tel que le vôtre sur une portière de voiture). Vous n’arrivez toutefois pas à éviter les postillons issus des éructations continues qui animent le parking malheureusement désert (voilà ce que c’est que d’arriver en retard). 

C’est que l’animal commence à vous chauffer les sangs, à vous aussi. Vous le toisez et lui faites remarquer froidement qu’il est toujours déplacé de hurler, particulièrement quand on circule mal, qu’on coupe la route et qu’on roule sans casque. Ce discours pourtant brillant (comment ça, non ?) n’est pas particulièrement bien reçu, et les vitupérations augmentent de plus belle. « Pétaaaaaaaaaasse », hurle l’enragé écumant, « je fais ce que je veux ». « Certainement », répondez-vous prudemment tout en vous esquivant subrepticement vers la sortie en songeant qu’un casque pourrait pourtant avantageusement protéger ce qui reste d’un cerveau manifestement déjà fêlé. 

Vous n’avez toujours pas comrpis ce que vous reprochait ce fou du guidon et en êtes encore toute tourneboulée. Vous espérez tout de même avoir aidé ce pauvre homme à épuiser son quota de colère quotidien, ce qui vous donnerait au moins la consolation d’avoir fait œuvre de salubrité publique.

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres