Le Clafoutis

de Pétronille

14 août, 2008

Des funérailles d’enfer

Classé dans : Et en plus, elle râle — Pétronille @ 18:16

priestatafuneral.jpgCela commence de manière classique : la famille divisée, la branche aînée sur un banc côté droit, la branche cadette sur le banc côté gauche, des salutations du bout des lèvres, des mesquineries à peine déguisées. Et une urne, glorieusement transportée dans un sac en papier, trônant sur un autel dans une grande église aux trois-quarts vide.

D’emblée, on vous prend soin de vous mettre à l’aise, puisque le curé commence par « souhaiter la bienvenue à tous ceux qui ne sont pas comme nous » (les 99% de l’assemblée, donc). C’est tellement délicat de le souligner. Surtout quand on vous a expliqué préalablement qu’une partie de la descendance est née musulmane, a été élevée chez les jésuites, puis convertie au protestantisme par commodité matrimoniale avant de tout laisser choir et que l’autre partie se situe quelque part entre l’athéisme pratiquant et le gnosticisme mystique.

Le curé ânonne son homélie en insistant lourdement sur l’absence de corps avec toute la délicatesse qu’on peut attendre d’un homme de sa charge. Après tout ce n’est pas sa faute si une bande d’impies a bêtement fait incinérer le corps avant la cérémonie religieuse. Les platitudes vides de sens s’enchaînent, à sa décharge il faut reconnaître qu’il est difficile de parler d’une personne que vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam et sur laquelle vous vous êtes somme toute assez peu renseigné. Sa voix monocorde résonne dans les hauts-parleurs et laisse transparaître un profond ennui, tandis qu’il est fortement absorbé par une activité intense de tripatouillage de ses pouces. Vous êtes à deux doigts de lui prêter un coupe-ongles pour abréger des souffrances que vous devinez extrêmes.

Vous sentez le curé franchement vexé (la notion de tolérance chrétienne encore de beaux jours devant elle) quand il s’étend longuement sur le fait que cette famille de renégats voués aux gémonies, qui n’a même pas voulu de messe proprement dite, n’a pas daigné choisir les textes et lui a laissé le soin de le faire. Vous auriez somme toute préféré entendre un commentaire sur les textes eux-mêmes, voire rien du tout, à moins que cela ne soit un nouveau style d’exégèse biblique tendance renouveau chrétien. Tout cela vous laisse ma foi fort songeuse.

Votre seule consolation est de savoir que la défunte est sans doute déjà trop loin, où qu’elle soit, pour contempler ce gâchis.

Une chose est sûre, quand votre tour sera venu, dans à peu près 350 ans, vous demanderez des funérailles bouddhistes, ou païennes, ou civiles, ou même pas de funérailles du tout. Peu importe, mais pas cette farce. Vous n’aimiez déjà pas les Eglises de tout poil, cette expérience a achevé de vous en dégoûter.

4 réponses à “Des funérailles d’enfer”

  1. Maman au secours dit :

    Oui, les enterrements sont souvent sinistres et pas nécessairement du fait de la perte d’un être proche. Je me souviens à quel point cela m’avait choquée quand j’étais petite, que le prêtre fasse la quête pendant la cérémonie pour l’enterrement de mon grand-père. Les gens donnent alors plus pour faire honneur au défunt.

    Chez nous, papa au secours donnera son corps à la science, moi probablement aussi, bien que cela ne m’amuse que moyennement de penser aux étudiants en médecine qui vont rigoler devant mes intestins ou mon pancréas ;-)

  2. ninie dit :

    Moi aussi, la quête faite sans aucune délicatesse à l’enterrement de la mère d’une de mes amies et ensuite à celui de mon arrière grand-mère m’ont laissé un goût amer. Pourtant le curé a été très bien, il s’est montré très soft, pas de remarque imbécile comme cela arrive parfois.

    Le grand choc pour moi a été à l’enterrement du grand-pèere de ma cousine. Nous habitons une petite ville touristique, les croques-morts n’ont pas fermé les portes de l’église aussitôt le cercueil entré, du coup, des touristes continuaient à entrer et à photographier l’église. C’est moi qui me suis levée pour les faire sortir. De plus, le même jour, le matin, avait lieu la cérémonie de Michel Serrault. L’après-midi, lors de la mise en terre, les curieux venaient photographier sa tombe fraîche. Personne n’a bougé. J’ai été outrée de tant d’indélicatesse et de manque de respect pour la souffrance, le deuil des gens qui quittaient l’un des leur.

  3. Poppijonas dit :

    Il est clair que l’église chrétienne est parfaite pour parler de la tolérance , pour la pratiquer elle a encore pas mal de boulot !!!!!!
    Je suis bien contente de te relire , à bientôt.

  4. Pétronille dit :

    Michèle, léguer son corps à la science, pourquoi pas. De toute façon l’emballage est consigné, alors…

    Ninie, oui c’est effectivement énervant de voir à quel poit certains peuvent maquer de respect et d’empathie, et quand en plus ça vient des gens d’Eglise, c’est un comble.

    Poppi, c’est bien pour ça que je n’aime pas ces institutions, chrétiennes ou autres ;)

Laisser un commentaire

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres