Le Clafoutis

de Pétronille

11 avril, 2008

Cloche en cubes

Classé dans : Et en plus, elle râle — Pétronille @ 17:58

cassetete.jpgVous avez ramené de vos dernières vacances d’été un casse-tête en bois. Il s’agit de 4 dés possédant des faces de différentes couleurs (rouge, jaune, vert, noir), autant de cubes qu’il s’agit d’arranger dans un écrin en bois de manière à ce que sur chaque face (haut bas, avant, arrière) apparaissent les 4 couleurs. Une petite photo valant mieux qu’un long discours confus, voyez l’engin par vous même.

Facile et amusant, avez-vous pensé. Et de tranquillement disposer le petit jeu dans vos lieux d’aisance, histoire de stimuler occasionnellement vos méninges et pourquoi pas celles des invités curieux.

Seulement voilà, vous n’êtes jamais arrivée à résoudre ce défi. Il faut dire que vous n’êtes pas d’un naturel très patient et que l’absence de réussite vous agace vite. Manque de chance, le précieux papier contenant la solution a disparu, et vous soupçonnez fortement Monette de l’avoir utilisé pour ses bricolages. Il ne vous reste plus qu’à faire fonctionner votre neurone gauche. Ou le droit, les jours pairs.

Que vous soyez ainsi confrontée à vos limites est certes désagréable, mais vous arrivez à vivre avec. Vous parvenez encore à prendre la chose avec philosophie quand Darwin ressort des toilettes en annonçant tranquillement qu’il a réussi le casse-tête. Bah, un simple coup de bol, la chance du débutant. Vous démontez vicieusement le jeu, essayant de comprendre la logique, le truc, et de réitérer l’exploit. En vain. Vous reposez subrepticement la diabolique chose et la reléguez dans les limbes de votre esprit.

Jusqu’au prochain passage de Darwin, qui râle qu’on lui a défait son casse-tête et qu’il a dû le recommencer. Vous manquez vous étrangler de surprise. Démontez tout et lui demandez de le refaire, là sous vos yeux. Hurlements de protestation du schtroumpf qui ne voit manifestement pas l’intérêt de démonter un jeu si c’est pour le remonter droit derrière.

N’empêche que le lendemain, les cubes se sont mystérieusement remis dans le bon ordre.

Quelque part, c’est franchement vexant.

3 avril, 2008

Les vertus de l’illetrisme

Classé dans : Paroles de schtroumpfs,Tout et rien — Pétronille @ 20:06

alphabet.jpgTemps béni de la petite enfance, quand vos chérubins découvrent le monde de leurs yeux émerveillés. Les questions fusent, naïves et incongrues, parfois embarrassantes, mais vous avez toujours le loisir d’y répondre sans que personne ne puisse prétendre contester la légitimité de vos propos, si farfelus soient-ils.

Las, ce temps merveilleux s’arrête le jour où la prunelle de vos yeux maîtrise enfin l’art délicat du déchiffrage. Dire qu’il y a des inconscients, dont vous avez hélas fait partie, qui attendent ce moment avec impatience. Grave erreur. Voici ce à quoi ils s’exposent :

  • Maman, c’est quoi « sensuel » ?

  • Pourquoi la dame sur l’affiche elle dit qu’il faut manger du beurre, et toi tu n’achètes que de la margarine ?

  • Ça veut dire quoi « très azur » ? (très azur ?? trait azur ?? ah, treasure…vive l’anglicisation des panneaux publicitaires)

  • C’est quoi un film érotique ? (ne plus jamais laisser traîner le programme télé)

  • C’est quoi le seuil de pollution ? c’est quoi « alarmant » ? on va mourir ?

  • C’est pas par là !!! Pour Saint-Machin-les–cloches, le panneau dit qu’il faut tourner à gauche !!! (ça fait juste six ans que vous empruntez toutes les semaines la même route, mais vous voilà prise en flagrant délit de raccourci sauvage)

Sans compter les inévitables quotidiens et autres canards qui vont vous condamner à expliquer sans relâche ce que sont l’OTAN, la ruée vers l’or, le FMI, une erreur judiciaire, la crise tibétaine, les élections parlementaires, Ingrid Betancourt et le congrès extraordinaire (ça veut dire que c’est génial et qu’on s’y amuse bien maman ?) des lesbiennes, gays, trans et bi. Entre autres. Vous songez sérieusement à militer pour l’interdiction des manchettes de journaux.

En digne héritière de deux gènes X, votre mini-prunelle a instinctivement repéré deux mots absolument essentiels : «action» et «soldes». Qu’elle ne manque pas de pointer à votre attention avec une mine réjouie : « ça veut dire que c’est moins cher, maman ! On va acheter ? »

Chouette alors. Il ne manquait plus qu’un deuxième panier percé dans la famille.

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres