Le Clafoutis

de Pétronille

21 janvier, 2008

La porte à côté

Classé dans : Tout et rien — Pétronille @ 21:13

porte.jpgLa vie de maman comporte de nombreuses touches sur la télécommande, la plupart fonctionnant en simultané, mais le bouton pause n’est hélas pas toujours programmé. Vous avez fermement décidé de remédier à ce grave manquement et avez organisé un long week-end sans fauves en compagnie d’une amie, dans la capitale lusitanienne que vous ne connaissiez pas et dont on vous avait dit plus grand bien. Hélas, personne n’avait pris la peine de vous mettre en garde contre la cuisine locale, ce qui vous a valu des débuts assez….euh, disons, délicats. Etant donné votre peu d’affinités avec la cuisine portugaise, vous décidez que ce soir, c’est pasta et basta. Ca tombe bien, votre guide de poche indique justement un petit resto italien bien coté et pas trop loin. 

Le Graal est évidemment situé tout en haut de la rue, alors que vos pieds sont en compote d’avoir usé les pavés lisboètes toute la journée. Lorsque, haletantes, vous parvenez au sommet de la colline, c’est pour vous entendre dire qu’il n’y aura une table disponible que dans 40 minutes. 

Qu’à cela ne tienne, un apéritif s’impose, peut-être agrémenté d’une petite conversation avec quelques autochtones bien choisis. Mais voilà, les terrasses (voui voui, le thermomètre affiche un 17 degrés très clément pour la saison), les terrasses donc sont stratégiquement situées tout en bas de la rue. Un regard échangé avec votre complice dans l’indignité maternelle et c’est décidé : pas question. Vous dénichez donc un petit bar dans une ruelle adjacente et vous affalez sur un sofa blanc cousu de boutons oranges sans trop prêter attention aux détails. 

Un mojito plus tard, vous vous avisez que le décor du bar est un brin étrange. Sur la photo murale devant vous, deux femmes en sous-vêtements s’embrassent à pleine bouche. Dans votre dos, une Noire aux seins nus envoie des baisers on ne sait trop où. Les photos affichées sur les autres murs sont du même acabit. 

Hum. Vous faites mentalement le tour du bar, qui ne compte, au final, que trois hommes. Le premier constitue la moitié d’un couple hétéro manifestement aussi égaré que vous (que vous retrouvez d’ailleurs plus tard au restaurant) ; le second arbore un look bizarre et semble à tu et à toi avec les deux tenancières. Quant au troisième, à y regarder de plus près, c’est une femme.   

Autant pour votre étude sociologique de proximité de la population lisboète masculine. Vous avalez le restant de vos cocktails en vous félicitant de ne pas voyager seule et vous vous hâtez de rejoindre le restaurant, les pavés aidant à contrebalancer l’effet de roulis du mojito bu trop vite. Au moins cela en valait la peine : un délicieux carpaccio de saumon, des fettucine ai porcini et un tiramisù divin plus tard, vous n’avez plus qu’à vous laisser rouler en bas de la rue pour retrouver votre lit. 

2 réponses à “La porte à côté”

  1. Pélagie dit :

    Que te dire ? pour avoir partagé ce mojitos avec toi, j’en suis pliée de rire !!!

  2. Maman au secours dit :

    Qu’ouis-je, qu’entends-je? Tu me fais des infidélités? :-D

Laisser un commentaire

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres