Le Clafoutis

de Pétronille

4 janvier, 2008

Les joies de la neige

Classé dans : Et en plus, elle râle — Pétronille @ 22:09

ski.jpgTout avait pourtant bien commencé. Les schtroumpfs avaient essayé leurs chaussures de ski, affirmé d’une voix assurée qu’elles allaient bien, que non, les orteils ne touchaient pas le bout, les pieds ne faisaient pas mal. Vous aviez fait l’acquisition de beaux gants tous neufs, bref, vous étiez prêts au départ. 

Une heure de voiture avec une moyenne de -10 de température extérieure ont raison de la souplesse du plastique des équipements. Une fois sur place, impossible pour Darwin d’enfiler son pied dans les chaussures. Vous y passez plus de 20 minutes, essayant diverses techniques, positions, menaces, persuasion, indignation, méthode Coué, rien n’y fait. Vous vous résignez à louer une paire de chaussures pour la journée, quand vous réalisez qu’il est pratiquement l’heure du cours de ski de Monette qui trépigne d’impatience. Vous plantez donc Darwin devant le magasin de location avec son bazar, gravissez hardiment la butte en haut de laquelle attendent les monitrices, réussissez de haute lutte à vous frayer un chemin dans la foire d’empoigne de parents poussant en avant des chérubins ressemblant tous à des punching ball sur lattes, et dévalez le talus pour vous apercevoir que Darwin a disparu. 

Un arrêt cardiaque plus tard, vous l’apercevez en haut de la butte, qu’il a gravie pour vous rejoindre. Avec ses skis évidemment, qu’il est maintenant obligé de porter pour redescendre puisqu’il n’a toujours pas de chaussures adéquates. Soulagée mais transpirant comme si vous aviez conquis l’Everest à peau de phoque, vous pénétrez dans le magasin de location et retenez un commentaire en entendant votre loustic s’enthousiasmer pour des chaussures d’un immonde jaune moutarde qu’en d’autres circonstances il aurait certainement refusé de porter. 

Ouf. Vous allez enfin pouvoir commencer à skier. Ce que vous faites avec un réel plaisir jusqu’au moment où il faut aller chercher Monette à son cours. C’est bien évidemment l’instant parfait pour tomber du téléski, occasion que votre schtroumpf ne manque pas de saisir. Vous avez ensuite droit à une crise de colère sur le bord de la piste, car môssieur est immensément vexé et tient à le faire savoir. Quinze minutes de tergiversations sonores plus tard, la station entière sait qui vous êtes et vous voilà à nouveau sur le remonte—pente, croisant les doigts pour que Darwin regarde devant lui plutôt que de tenter d’apercevoir des renards dans la forêt située dans son dos. Vous récupérez en retard une Monette en larmes, affamée et victime d’une crise d’abandonnite aiguë. 

L’après-midi se déroule plus tranquillement et vous limitez vos exploits à une seule piste où Darwin peut skier seul pendant que vous tenez Monette à bout de bâton (excellent pour la posture). C’est au moment béni d’ôter les chaussures et de remettre des bottes confortables  - aaaaaaaaaaaaaah – que d’un air candide Monette vous assène le coup de grâce : 

- « Tu sais maman, je ne peux pas bien skier avec ces chaussures, parce que j’ai les orteils tous pliés. »

- « ???? mais comment ça ? On les a essayées, tu as dit que tu ne touchais pas le bout… »

- « Ben non, je ne touche pas le bout si je plie les orteils à l’intérieur ! »

Etes-vous bête. C’est évident. Mais rassurez-vous : en dépit de tout cela, les schtroumpfs sont unanimes. « Trop génial », concluent-ils à l’issue de la journée, alors que vous tentez, épuisée, le dos et les jambes en compote, de vous concentrer sur la route,  »c’est quand qu’on y retourne ? »

Bientôt, mes chéris. En effet, maman a intelligemment oublié de récupérer sa carte d’identité laissée en dépôt lors de la location des chaussures, ce qui prouve une fois de plus que le sport, c’est bon pour la tête. 

4 réponses à “Les joies de la neige”

  1. Altaïr - Cécile dit :

    Partant du principe que j’aime pas le neige car c’est froid, ça glisse et c’est mouillé, j’ai peu de risque de vivre les mêmes mésaventures… Mais il ressort quelques trucs qui marchent partout…
    Pour avoir les bonnes réponses poser les bonnes questions, quitte à avoir l’impression de se répéter, ça évite les « Monéttises »…
    Ne jamais préjuger des goûts de la marmaille, c’est forcément le truc opposé à ce qu’on pense qui leur plait
    Et ne jamais perdre la tête, ça évite de devoir faire demi tour pour récupérer un truc oublier, ou pire dans ton cas, se coltiner une nouvelle journée au ski, mais bon là ça va tu es parée, tu as fait le tour des trucs primordiaux à éviter :D

  2. Maman au secours dit :

    Je comprends mieux pourquoi j’ai décidé de laisser à Papa au secours les joies de l’initiation au ski de nos pioupious.

    Pendant ce temps-là, je les attendrais devant un bon chocolat chaud.

  3. Pélagie dit :

    Regarde le bon côté des choses, Darwin et toi étiez bien échauffés pour la première descente (un peu rude quand même)et Monette a perdu un peu de sa voix lorsqu’on l’a retrouvée pour manger et boire un café.

    Cela étant vivement la prochaine journée de ski car je suis certaine que vous serez encore mieux équipés (si tant est que cela soit possible) !!!

  4. Pétronille dit :

    Cécile : et j’ai même récupéré ma carte d’identité ET loué des chaussures aux schtroumpfs pour la saison , accompagnées de skis pour Monette…devine la couleur ? ;)

    Michèle : ah, mais c’est que toi tu as sous la main un spécimen mâle fort et courageux qui fait cruellement défaut ici ;)

    Pélagie : alors, c’est quand qu’on y retourne ??? (oui parce que je ne l’ai pas mentionné, mais Darwin a encore réussi à écraser le nez du neveu de Pélagie en tombant du téléski :D )

Laisser un commentaire

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres