Le Clafoutis

de Pétronille

14 octobre, 2007

Pourquoi vous n’êtes pas entomologiste

Classé dans : Bêtises et autres schtroumpferies — Pétronille @ 20:41

sangsue.bmp En mère soucieuse du développement tant physique que psychique de votre progéniture, vous avez inscrit Darwin à une sortie nature avec un copain. Par un bel après-midi ensoleillé, voilà donc votre schtroumpf lancé dans la forêt avec son kit d’observation des insectes, dix autres aventuriers tout aussi excités et deux animateurs certes qualifiés sur un plan scientifique, mais dont vous ne savez pas trop si, au fond, ils font preuve de courage ou d’inconscience.

A l’heure fatidique du retour, vous attendez sagement, avec d’autres mamans, de voir arriver le minibus sur les chapeaux de roues pour déverser son quota de gamins fatigués et crottés jusqu’aux yeux. Vous écoutez d’une oreille distraite les organisateurs commenter l’après-midi quand tout à coup, voilà qu’un bras plein de boue brandit victorieusement à trois cm de votre nez une boîte-loupe contenant un fond d’eau sale et un gros ver brun foncé d’aspect gluant coulissant baveusement le long des parois. Passées la première frayeur et la pensée non moins horrifiante que quelques cheveux blancs supplémentaires viennent de s’ajouter à votre charme inénarrable, vous réalisez que c’est vous que le sort a désignée heureuse gagnante de la première sangsue domestique, tendrement prénommée Gulue. 

N’osant pas vous débarrasser illico de ce trophée (après tout, vous avez inscrit Darwin à une sortie qui apprend à respecter la nature, et le parking bétonné offre moyennement de possibilités de restitution de la bestiole à son habitat naturel), sous le regard à la fois amusé et soulagé des autres parents et suppliant de votre loustic, vous tolérez la chose dans votre voiture pour autant qu’elle ne sorte pas de sa boîte. Vous vous farcissez le compte-rendu intégral de « naissance, vie et mort de la sangsue » en live durant le trajet, ce qui vous procure la joie d’aborder en détail la question de l’hermaphrodisme (car en plus, cette merveilleuse créature ne peut pas se reproduire comme tout le monde). Une fois arrivés à destination, vous avez l’incommensurable bonheur d’assister en direct à une mise en application du chapitre « mais que peut donc bien manger ce truc-là ? », Darwin grattant méticuleusement le sol afin de dénicher un ver de terre, apparemment un de ses repas préférés. Seul avantage : la vision de la bestiole visqueuse gobant son lombric par un orifice situé à l’extrémité (vision qui n’est pas sans vous rappeler le ver des sables de Dune, en moins gros et plus dégoûtant) redonne un coup de pouce à vos bonnes résolutions et c’est sans effort aucun que vous jeûnez toute la soirée. 

Vous préférez d’ailleurs ne pas savoir ce que devient cette chère Gulue à l’heure du coucher, il vous suffit d’avoir la certitude qu’elle ne squatte pas votre chambre. Ce n’est que le lendemain matin que vous réalisez (votre fille aussi, heureusement) que votre chérubin a dormi avec sa boîte à côté de l’oreiller. Vous protestez vigoureusement contre l’idée que la sangsue pourrait souhaiter elle aussi un petit-déjeuner – après tout, si vous avez sauté un repas, elle peut bien en faire autant – et expédiez tout ce petit monde à l’école, Darwin étant impatient de montrer sa trouvaille à qui voudra. Vous ricanez intérieurement, non que vous soyez mal disposée envers la maîtresse, mais bon, chacun sa croix, et vous voilà momentanément débarrassée du problème, le temps de réfléchir à une solution définitive au cas où personne ne s’en serait chargé entre-temps, machiavélique que vous êtes. 

Horreur, le soir venu vous récupérez un Darwin toujours accompagné de sa mascotte. Après une longue discussion pendant laquelle vous plaidez brillamment la cause de la pauvre sangsue faite pour la liberté mais obligée de vivre à l’étroit dans son tout petit bocal, votre loustic accepte la mort dans l’âme d’aller la remettre dans la nature. Vous écartez fermement l’idée qu’on pourrait la mettre dans le lavabo, voire lui acheter un aquarium, et suggérez l’étang du cimetière près de chez vous, non que vous jugiez l’endroit particulièrement approprié, mais la perspective de remettre toute votre petite troupe dans la voiture et de traverser la ville en pleine heure de pointe pour trouver une gouille adéquate ne vous emballe pas particulièrement. 

C’est ainsi qu’en ce jeudi soir, vous voilà tous les trois solennellement agenouillés autour d’un étang glauque et mal entretenu où nagent des poissons rouges hypertrophiés, pour une émouvante cérémonie d’adieu à Gulue-la-sangsue, sous l’œil désapprobateur de quelques personnes venues fleurir les tombes voisines. RIP. 

3 réponses à “Pourquoi vous n’êtes pas entomologiste”

  1. Maman au secours dit :

    MDR. Et il n’y a pas de pélérinage vers l’étang pour voir si la sangsue va bien? Je m’en va de ce pas suggérer cela à ton fils :-D

  2. Altaïr - Cécile dit :

    Il me rapelle lorsque j’ai rapporté des tétard à la maison ;)
    Les tétard ça passait maislorsqu’il sont devenus grenouilles j’ai appris quemamère avait une phobie… Celle des batraciens sauf cuisinés avec une bonne persillade… J’ai dû me résoudre à laisser mes grenouilles à l’école… Le jour de laprésentation de la grenouille à la classe j’ai du la tenir toute seule comme une grande pendant que l’instit montrait ce dont elle parlait à l’aide d’une grande baguette de bamboue de plus d’un mètre… Dur la vie d’instit ;) J’ai comprispar la suite pourquoi mon instit et ma mère qui se connaissaient bien se sont échangé quelques vacheries pendant un temps… Les grenouilles n’avaient pas été digérées ;)
    Elles ont fini leur vie dans le fossé près de l’école où j’essayais régulièrement de les voir… A l’époque on m’a dit qu’elles avaient nagé jusqu’à la rivière, mais un doute m’assaille soudain…

  3. Pétronille dit :

    Mamanausecours : ose seulement, et je montre à Petite Bébée la robe de princesse de Monette. Non mais :D

    Cécile : ouiiiiiii, moi aussi j’ai fait le coup des têtards, petite :D Une moitié avait déjé des pattes et on les a remis dans une mare, l’autre a terminé dans les wc, dixit ma mère c’est la voie la plus directe pour qu’ils retournent jusqu’au lac!

Laisser un commentaire

 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres