Le Clafoutis

de Pétronille

31 janvier, 2013

Orientation de carrière

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 21:51

Orientation de carrière dans Paroles de schtroumpfs dscn0253-150x112

Ce jour-là, à la lecture du poème composé à l’école, la plupart des mamans ont eu le regard attendri devant tant d’imagination et de rêve. Côté filles, ça donnait : si j’étais une étoile, si j’étais une fleur, si j’étais une danseuse… Dans la catégorie p’tits lulus de neuf ans, on changeait un peu de registre : si j’étais un superhéros, si j’étais un loup, si j’étais pilote automobile.  En 2, 3 ou 4  versets. En version Darwin, vous avez eu droit à :

Si j’étais un proton

Je serais trop mignon

Et je tournerais en rond

Dans le collisionneur de hadrons

Simple, clair, concis. Bon, il a fallu admettre que vous n’aviez pas engendré le nouvel Arthur Rimbaud. Vous entrevoyez plutôt une version future de votre loustic, attifé d’une blouse blanche et les cheveux en pétard, devant un écran d’ordinateur illisible pour quiconque à part une poignée d’illuminés.

 

Trois ans plus tard…

Darwin a grandi,  autre école, autre devoir :  à partir d’une phrase donnée, inventez un dialogue en alternant discours direct et discours indirect. Et ça commence par « le jeune Pierre saisit la pelle d’un air décidé… »

Darwin rédige donc un édifiant dialogue d’une bonne quinzaine de répliques entre le jeune Pierre et sa mère, d’où il ressort que Pierre s’est coupé (oui, avec la pelle) et demande un pansement, que sa génitrice, après moult exclamations et recherches, ne trouve pas, mais, pragmatique, elle suggère d’aller en chercher chez le voisin.

Hum. A la réflexion, de tous nouveaux horizons sont en train de s’ouvrir : une page et demi pour poser un pansement sur un doigt coupé par un objet même pas tranchant, il a devant lui une belle carrière de politicien.

28 juin, 2010

La métempsycose, c’est ingrat

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 20:45

cosmos3339125524.jpg -  » Maman, tu crois à la réincarnation? »

Cette question banale est évidemment posée à l’heure du coucher, tous les prétextes étant bons à saisir pour retarder le moment fatidique.

 - « Tu sais ce que je crois moi? » Vous vous disiez aussi qu’il était étonnant que votre puce n’ait pas un avis sur la question. « Que d’abord j’ai été une amibe, puis un poisson, puis un dinosaure, un mammouth, un homme préhistorique, une déesse grecque (rien que ça!)… ah non, et puis aussi un lynx, à l’époque des premiers mammifères. »

Pause. « Sauf que je ne m’en souviens pas très bien. »

L’air grave : « Et je me demande bien à quoi je pourrai ressembler dans ma prochaine vie ».

Vous aussi, sauf que vous n’êtes pas particulièrement pressée de le découvrir.

Lancée, votre puce poursuit : « parce que tu vois, si je le savais, je pourrais me préparer. Par exemple, je pourrais tout apprendre maintenant, et dans la prochaine vie, je n’aurais plus besoin d’aller à l’école et je ferais tout de suite quelque chose qui me plaît » (dresseuse de chevaux, au hasard, ndlr)

Amusée, vous lui demandez ce qu’elle a souhaité être dans sa dernière incarnation pour devenir Monette aujourd’hui, ce à quoi votre chipie répond d’un ton coquin :

« Je ne sais pas…peut-être que c’est une punition ».

Au temps pour vos talents maternels…

31 mai, 2010

Joker

Classé dans : Tout et rien — Pétronille @ 21:06

2jokers0799.jpgNon, vous n’êtes pas une joueuse invétérée. Mais vous et votre dévouement maternel vous êtes inspirés des jeux de cartes pour concocter à chaque anniversaire de la chair de votre chair des petits billets à brandir comme un joker, chacun étant par définition utilisable une seule fois, non-cumulable avec un autre dans la même journée et valable pile 12 mois.

Tout d’abord le joker pour ne pas prendre sa douche, un franc succès, généralement utilisé le même soir. Pourquoi les moins de dix ans sont-ils toujours aussi réfractaires à l’eau ?? Suivi de près par le carton « pour ne pas ranger sa chambre », lui-même talonné par son comparse « ne pas aller faire les courses ». Voilà pour le tiercé gagnant.

Suivent les petits frères : bon pour un repas au mac-chose (limitons les dégâts), ne rien faire le dimanche (ça fait du bien à tout le monde), dormir avec sa môman (histoire de passer tout de même 363 nuits tranquilles par an), regarder la télé un soir (créer l’exception pour ne pas qu’elle se répète), aller à la piscine en hiver (brrrrrr, évitons autant que possible), lire le soir jusqu’à épuisement du sujet (entendre : permettre à Monette de dormir à 23h passées…) et autres joyeusetés variant selon l’âge et le caractère du chérubin (ainsi que votre humeur du moment – de purs instants de créativité insouciante).

Cette année, vous avez été gâtée vous aussi. Il faut dire que cumuler fête des mères et anniversaire à peu près à la même période, c’est tendre la perche pour se faire battre, ce qui n’a pas manqué d’arriver. Vous avez fait des émules et avez donc eu droit à votre tiercé gagnant à vous, soigneusement dessiné et découpé de la main de Monette : joker pour qu’elle fasse la vaisselle (à la place du lave-vaisselle), joker pour qu’elle fasse la cuisine (repas entièrement sucré) et le nec plus ultra : le « joker pour quon te laisse une soirée tranquil » (sic).

C’est là, tout à coup, que vous avez réalisé la signification tragique du mot « une ».

Au secours !

20 septembre, 2009

Français rénové

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 18:39

ballonfoot.gifDarwin grandit, et pré-adolescence oblige, s’en voudrait de jouer encore à des jeux « de bébé ». Avec les copains, à la récré, il fait des trucs de grand, des activités de mec, viriles et tout, telles que jouer au foot. En ce début d’année scolaire toutefois, une nouvelle activité semble d’emblée s’être imposée. C’est ainsi qu’un soir, en préparant le dîner, vous demandez innocemment à Darwin s’il s’est bien amusé à l’école et obtenez cette surprenante réponse :

 -  « Ouais, c’était cool. Avec les copains, on a fait une tournante. »

Vous manquez vous sectionner la main avec votre couteau de cuisine et commencez à avoir un peu chaud. Une fois votre respiration revenue et le danger de crise cardiaque écarté, vous tentez d’approfondir en conservant votre calme:

- « Et ça se joue comment, ce jeu, mon grand ? »

Darwin hausse les épaules et vous lance un regard de commisération pour votre ignorance crasse  :

 - « Ben, avec un ballon. »

Ah tiens ? Voilà une version intéressante. L’imagination de ces chérubins ne connaît pas de limites. Vous décidez de creuser encore un peu plus la question (vous avez manqué une belle vocation de spéléologue), et apprenez enfin qu’il s’agit d’une activité se pratiquant à plusieurs, et consistant à courir en tournant autour de la table de ping-pong du préau, tout en se lançant un ballon qui doit rebondir un certain nombre de fois sur la table avant d’être attrappé (je vous épargne les détails dont tout un set de règles plus compliquées que celles du cricket anglais).

En voilà une autre que le Petit Larousse (ou le Robert, d’ailleurs) ne connaît pas. Et en plus, ce coup-ci, vous avez échappé à une explication qui promettait d’être des plus scabreuses.

31 mai, 2009

Petite musique céleste

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 9:02

notedemusique.jpgVous inscrivez Monette au cours de solfège. Le préposé aux inscriptions vous met tout de suite le nez dans l’anticipation, puisque plus d’une année à l’avance il vous suggère de choisir déjà l’instrument souhaité, en raison de longues, très longues listes d’attente (enfin, cela dépend. Pour une raison étrange, il semble plus accessible de faire vielle ou accordéon que piano ou batterie).

Bien que vous n’ayez pas encore vraiment abordé le sujet, Monette n’est pas prise de court.

« Je veux faire du violon », déclare-t-elle fermement.

Chouette. Vous envisagez de demander illico la liste des magasins qui vendent de bonnes sourdines.

Puis, se ravisant : « ou peut-être, je ferai de la flûte à travers ciel ».

Il vous reste douze mois pour dénicher un cours. Au moins celui-là, vous êtes sûre qu’il n’est pas plein.

24 mai, 2009

L’art du dialogue

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 19:44

dialogodebate.jpg« Dis une couleur entre blanc et noir. »

« Gris », répond Darwin.

« Nooon », soupire Monette. « Entre blanc et noir, dis ce que tu veux ».

« Ben gris », s’entête Darwin, « parce que c’est justement entre blanc et noir ».

« Mais non », s’énerve Monette, « tu dis blanc, ou tu dis noir, parce que noir, c’est noir. »

(de guerre lasse) « Bon, alors blanc. »

(mutine) « Non, dis plutôt noir. »

Darwin, exaspéré : « Ok, alors noir ».

« Raté », pépie Monette, « c’était blanc. »

Après, on se demande pourquoi la communication entre hommes et femmes… enfin non, rien.

21 mai, 2009

Coup double

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 21:18

tictactoe.gif« Maman, tu sais, pour ton anniversaire, demain… »

« Hmmmm ? »

«  Je vais t’offrir quelque chose de très spécial. »

« Ah ? »

« Oui. Je te permets de ne pas aller au travail, moi je manque l’école et je t’invite pour une chouette journée tous les deux ».

Darwin ou l’art de retourner les situations.

16 avril, 2009

Vision d’avenir

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 19:53

queuingup.jpgIl est minuit, le sommeil vous gagne. Vous vous arrachez péniblement au canapé, vous traînez dans la douche puis rampez jusqu’à votre lit. Aaaah. Vous êtes prête à plonger pieds joints dans un sommeil béat lorsque vous sentez deux petits pieds froids contre votre jambe. C’est Monette qui, trouvant le temps long, a déménagé avec son duvet, son nounours, ses livres et ses poupées. Tout ce petit monde est donc confortablement installé dans VOTRE lit. 

Vous rassemblez encore quelque énergie afin de protester contre cette invasion barbare et obtenez de haute lutte que les poupées dorment par terre – tortionnaire que vous êtes. Vous pensez avoir enfin mérité un dodo réparateur, en souhaitez autant à votre puce et vous tournez sur le côté. Hélas, vous n’êtes pas au bout de vos peines, car une petite voix flûtée perce l’obscurité :

« Tu sais, maman, j’ai beaucoup réfléchi ».

« C’est bien », marmonnez-vous pour la forme avant de plonger la tête sous l’oreiller.

« Quand je me marierai, moi, je ne choisirai pas n’importe qui ».

Vous résistez à l’envie de commenter le sous-entendu. D’ailleurs, point besoin de répondant, votre chipie est lancée.

« Non, moi, je prendrai mes maris (vous notez le pluriel au passage), à l’essai. D’abord. Je veux voir s’ils sont gentils avant de les épouser. Par exemple, ils doivent m’aider à faire la cuisine, la vaisselle, les courses, la lessive et le ménage. Et me laisser tranquille quand je lis, quand je prends mon café, mon bain, ou quand je regarde le journal télévisé. »

Pause. « Et s’ils ne font pas tout ça, je leur dirai : hors de ma maison ! Et j’essaierai avec le suivant ».

Encouragez-vous : il vous reste à peine quelques années de sommeil tranquille avant de voir poindre cette longue file de soupirants.

9 avril, 2009

Ma théologie à moi

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 21:26

angeldevil4.jpgVous avez préparé de quoi sustenter vos deux gloutons sur pieds, et les voilà installés à table pendant que vous, vous repeignez vos chaises sur le balcon (mère-indigne-qui-sacrifie-le-sacro-saint-repas-en-famille-à-des-activités-douteuses-parsemées-de-taches-vert-pomme) tout en tendant l’oreille. Mais ce soir, foin de chicaneries, l’ambiance est au débat.

« Tu vois », explique doctement Monette, « le sens d’un doigt d’honneur, c’est important. Parce que pointé vers le haut, tu insultes Dieu. C’est comme si tu lui lançais tous les gros mots que tu connais. »

Haussement d’épaules et sourire ironique de Darwin. Il faut dire qu’en matière de religion, il ne craint personne, ayant décrété qu’il ne croyait pas en Dieu et qu’il fallait être fou pour penser que l’univers était issu d’autre chose que du big bang. Et en matière de doigt d’honneur… hum, passons.

« En revanche », poursuit Monette, « si tu le pointes vers le bas, c’est tout autre chose. Tu insultes le diable. Et le diable, tu as le droit de l’insulter, parce qu’il est là pour ça, pour jouer le rôle du méchant. C’est pour ça que personne ne te gronde jamais si tu fais un doigt d’honneur pointé vers le bas. »

Cqfd. Au fond, votre chipie a raison quand elle vous affirme ne pas avoir besoin de cours de catéchisme.

6 avril, 2009

Montée de sève

Classé dans : Paroles de schtroumpfs — Pétronille @ 20:41

springtree.jpgLe printemps s’est fait désirer, mais il est enfin là. Il rend votre schtroumpf tout gaillard, ce qui se traduit notamment par de subites velléités de vous dénicher l’âme soeur. Cela commence lorsqu’à leur retour de week-end chez leur père, vous apprenez à vos chérubins qu’en leur absence vous avez frôlé la mort et héroïquement survécu contre vents et marées à un dramatique carambolage qui a légèrement froissé la tôle de votre pare-choc arrière.

 « Y’a eu la police ? », demande aussitôt Darwin aux aguets.  

« Oui », admettez-vous prudemment.

« Ils étaient combien ? » poursuit Darwin, manifestement sur une piste.      

« Euh… trois ».

« Ah », fait Darwin, satisfait. «  Et sur les trois, il n’y en avait pas un qui te plaisait ? »  

« Ils étaient tout à fait charmants », concédez-vous diplomatiquement, «mais un peu jeunes, tu vois ? »

Apparemment, il voit. Mais votre entremetteur ne s’avoue pas vaincu pour autant, et reprend le sujet avec ténacité le lendemain soir.

« Dans ton travail », s’enquiert-il d’un air faussement détaché, « qui gagne le plus d’argent ? »           

Après quelques secondes de réflexion, vous misez sur le directeur général.

« Il travaille beaucoup alors ? »       

Beaucoup.

« Et il est marié ? »      

Très marié.

« Et sa femme, elle est comment ? »  

Joker. Vous n’en avez aucune idée, ne l’ayant jamais vue.

« Parce que si elle est pas terrible, » poursuit le schtroumpf implacable, « tu pourrais peut-être tenter ta chance. Tu sais, le draguer un peu, tout ça. »

Carrrrramba. Votre avenir s’annonce plutôt sombre si du haut de ses huit ans, votre progéniture ne vous reconnaît manifestement pas plus de charme que de moralité.

12345...9
 

Elvira Story |
toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres